« Mon père est flic, pas standardiste »

Publié par Bibliothèques de Nancy le

Lieux évoqués : rue du Haut-Bourgeois, Grande Rue, Vieille Ville, restaurant Au Grand Sérieux.

Nancy, Grande Rue. crédit photo : Dadu Jones

« Nancy, novembre 2016

Le ciel bas et le mercure qui indiquait à peine dix degrés finirent de lui plomber le moral. Le chauffeur de taxi tenta d’engager la conversation, mais Andreani l’en dissuada en gardant le regard fixé sur le paysage qui défilait. Il se fit déposer à l’angle de la rue du Haut-Bourgeois et de la Grande-Rue. En sortant du véhicule, le froid et l’humidité le transpercèrent. Il chercha ses clés dans ses poches, inséra la plus grande dans la serrure de la porte d’entrée et s’engouffra dans le couloir. Lorsqu’il franchit le seuil de son appartement, le craquement du parquet le rassura. Il posa son sac, entrouvrit la fenêtre pour dissiper l’odeur de renfermé puis ajusta le thermostat des radiateurs. Il allait devoir ressortir les fringues d’hiver. Après deux semaines à fouler le sable pieds nus, une désagréable sensation d’oppression l’avait envahi lorsqu’il avait à nouveau lacé ses chaussures, et il savait qu’il allait lui falloir un bout de temps pour s’y réhabituer. Assis sur le rebord de la fenêtre, observant les passants qui pressaient le pas sur les pavés luisants de la Vieille Ville, il sortit son téléphone et composa un numéro. Elle décrocha à la première sonnerie.

– Ouais ?

– Ton père ne t’a jamais appris à répondre au téléphone ?

– Mon père est flic, pas standardiste. T’es rentré ?

– Oui, malheureusement, il y a quelques instants.

Je me suis dit qu’on pourrait peut-être dîner ensemble.

– Quand ça ?

– Ce soir. Au Grand Sérieux, vingt heures, ça te va ?

Lisa acquiesça et raccrocha sans rien dire. Leurs échanges étaient directs, sans fioritures, mais cela lui était égal. Il savait que l’essentiel n’était pas là. Pourtant, sur le fond, sa fille restait une énigme. Il avait l’impression qu’elle brûlait les étapes, qu’elle portait sur le monde qui l’entourait un regard désabusé, trop amer, trop noir. «Too soon, too sad », chantait Sarah Vaughan. Cramée avant l’heure, il y était sans doute pour quelque chose, et ne pouvait s’empêcher de se le reprocher. »

Eric Todenne, Terres Brûlées, éditions Viviane Hamy, 2020, p.11.

Catégories :