Les Vosges – Théophile Gautier

Le Saut de la Cuve - Saint-Amé

Un peu plus loin, vous trouvez le village de Saint-Amé, où vous faites halte pour visiter le saut de la Cuve, formé par la rivière du Belliard. C'est un site où les touristes iraient en pèlerinage s'il se rencontrait ailleurs qu'en France. La nature, qui sait bien peindre quand elle s'en mêle, a composé dans ce coin perdu un Salvator Rosa plus magnifiquement sauvage que pas un de ceux qu'on admire aux galeries. D'un banc de roches anfractueuses, fendillées, plaquées de mousse, de saxifrage, formant comme le mur de soutènement du plateau supérieur, la rivière s'élance après avoir traversé un bois par la brèche qu'elle s'est ouverte, et retombe en écume dans le bassin qu'on appelle la Cuve, où elle se tranquillise bientôt et reflète à son miroir transparent et sombre les blocs granitiques entassés sur ses bords et les arbres dont les racines se sont glissées entre leurs masses. Cet endroit a un caractère de grandeur, d'âpreté et de solitude qui le distingue de tous les sites environnants. Ces rochers austères conviendraient à une Thébaïde, ces arbres mystérieux semblent faits pour abriter un anachorète, et l'imagination y place volontiers un saint Jérôme à genoux devant une croix de roseau et se meurtrissant la poitrine d'un caillou ; son lion symbolique trouverait là des mousses pour se coucher. Mais, vers le soir, à l'ermite on substituerait avec vraisemblance un brigand accoutré d'une manière farouche et barbare, comme le peintre napolitain en met souvent en embuscade dans ses défilés de montagnes et ses selve-selvaggie.

BELLEL, Jean-Joseph, GAUTIER, Théophile. Les Vosges. Paris : Éditions A. MOREL et compagnie, Libraires-éditeurs, 1860, pp. 2-3

Bibliographie : Jean-Joseph Bellel (1816 -1898), peintre français, édite en 1860 un album intitulé Les Vosges. Il est composé de vingt dessins au fusain de sa main et lithographiés par J. Laurens. Il confie la rédaction du texte descriptif à son ami Théophile Gautier (1811-1872) qui a effectué un voyage dans les Vosges en 1858 et 1859.

 

FacebookTwitterGoogle+