Extraits à lire et écouter

Le rapide de 20 heures à Nancy et les aléas de la SNCF

Lieu évoqué : Gare, Nancy. « Il arriva un jour un incident de personne sur la voie, comme disait pudiquement la SNCF d’alors quand il s’agissait en fait de prendre le temps de retrouver les morceaux de la personne. Cela fit que mon train ne put quitter à l’heure prévue la gare de Nancy.Il était 20 heures, je devais avoir gagné la caserne de Laval avant 6 heures. Aucune excuse ne pouvait justifier un retard. Si Lire la suite…

« Ça se termine par un rendez-vous à Nancy où il loge provisoirement »

Lieu évoqué : Café du Commerce, Place Stanislas, Nancy. « Ça se termine par un rendez-vous à Nancy où il loge provisoirement.Le jeudi suivant, mon jour de congé, je l’attends Place Stanislas au Commerce. Je m’installe dans un coin sombre, pas loin d’un radiateur et commande un demi. Vers midi, les clients sont nombreux. Aussi je me délecte à observer la faune locale. Gaston comme toujours arrive en retard. Ainsi je peux suivre la conversation d’un Lire la suite…

« Me recueillir devant le majestueux tableau d’Emile Friant, La Toussaint »

Lieu évoqué : Musée des beaux-arts, Nancy. « J’ai quitté cette ville il y a un quart de siècle sans lui dire au revoir. Je lui dois des excuses que je ne sais pas à qui adresser. A titre de pèlerinage, je suis allé me recueillir devant le majestueux tableau d’Emile Friant, La Toussaint. La première de ces femmes en noir, sur le chemin du cimetière, avec son bouquet de chrysanthèmes et sa coiffe sombre, c’est Lire la suite…

« Sur le trottoir, les pavés dessinaient la date, 1477… »

Lieu évoqué : Grande Rue, Nancy. « Dans la cuisine, il choisit une bouteille de rioja, la déboucha, puis remplit un verre qu’il huma avant de rejoindre la fenêtre du salon qui donnait sur la Grande Rue. Sur le trottoir, les pavés dessinaient une date, 1477, censée indiquer l’emplacement de l’étang Saint-Jean au bord duquel on avait retrouvé le corps nu, en partie dévoré par les loups, de Charles le Téméraire, grand-duc d’Occident et dernier duc Lire la suite…

« Une dérisoire chiure de mouche, à l’échelle cosmique »

Lieu évoqué : Faubourg des Trois-Maisons, Nancy. « Vers le nord-est de ce pays, il y a une rivière tout au long de laquelle s’est agglutiné une partie non négligeable des traîne-misère de ce vieux continent à l’époque où la faim les poussa par là pour y quérir fortune et pour, finalement, n’y trouver que du travail. C’était l’âge d’Or, la grande époque florissante, celle qu’on regrette, la larme à l’œil, en se rappelant tout ce Lire la suite…

« Les boiseries monumentales sculptées avec leurs rangées de livres »

Lieu évoqué : Bibliothèque Stanislas, Nancy. « La bibliothèque municipale… Elle sera à présent un lieu important dans notre histoire. Dans la grande salle de lecture j’ai tout de suite aimé les boiseries monumentales sculptées avec leurs rangées de livres, la passerelle qui en faisait le tour à mi-hauteur, les longues tables communes, les lampes à abat-jour qui apportaient une certaine intimité lorsqu’elles étaient allumées en fin d’après-midi, le silence feutré quasi-religieux, parfois interrompu par quelque Lire la suite…

« Dimanche matin, Andreani s’était levé aux aurores »

Lieu évoqué : piscine de Nancy Thermal, Nancy. « Dimanche matin, Andreani s’était levé aux aurores. Il voulait arriver à la piscine de Nancy-Thermal dès l’ouverture et profiter des lignes encore désertes. Après avoir parcouru ses trente allers-retours habituels, il s’était imposé un petit supplément de dix longueurs pour tenter de chasser les interrogations qui ne le quittaient plus ; peine perdue. Le reste de son dimanche se passa à arpenter son appartement en ingurgitant café Lire la suite…

Les femmes syndicalisées des tricoteries de Chaligny

Lieu évoqué : La Filoche, Chaligny. « Les tricoteries de Chaligny sont la scène sociale où je vais pouvoir pour la première fois exercer mes capacités de « Nordiste supérieurement politisée et syndicalisée », dès mon arrivée à Nancy.Les disciples de Chaligny, toutes des femmes, m’accueillent gentiment, mais sans enthousiasme excessif. J’ai commencé à apprécier les capacités culinaires de ces dames. On a bu des bons coups et on a commencé à pleurer. En revanche, mon Lire la suite…

Champenoux s’étale sur les collines et dans les creux des vallées

Lieu évoqué : Champenoux. « Enfin, ils atteignent ce promontoire qui domine la forêt… Champenoux s’étale sur les collines et dans les creux des vallées, envahissant la plaine, en nappes irrégulières, houleuses de poil sombre… Mousses crépues de teinte gris-vert qui sous l’effet d’une lumière crue semblent adhérer étroitement au sol, tandis que dans le crépuscule d’un nuage elles commencent à ramper, à flotter sur toutes les éminences, le long des couloirs de la Meurthe… Troupeaux Lire la suite…